Balade en région genevoise.

Le 07 septembre 2019

Publié par Jean Jacques Rousseau le | Partager sur | | Google+

Arrêt petit-déjeuner à St André de Corcy.

petite pause à Nantua.

le très beau lac de Nantua.

pause pique-nique à Mijoux

les dents commençaient a être longues , pas vrai Jean-Louis…

les autres aussi, mais avec le sourire.

Jean-Louis se prend pour Tarzan…

des »demoiselles » sur une balançoire…

David le maître des clés…!!!!

Arrivés aux Rousses ,visite d’un magasin de déco tout bois.

Arrivés aux Rousses, visite d’un magasin de déco tout bois.

 

à l’intérieur de très beaux bibelots, décorations et meubles en bois.

que d’idées à proposer.

La très charmante petite ville de Nyon borde le lac Léman à mi-chemin entre Genève et Lausanne, au cœur du vignoble de La Côte. De nombreux objets mis au jour et des curiosités datant des périodes helvète et romaine témoignent de l’histoire très mouvementée de la ville. En été, elle devient un endroit très fréquenté par les amateurs de sports nautiques et les amis de la nature.

Sous le soleil , les sourires et la bonne humeur du groupe.

visite de cette jolie petite ville.

le château.

le château ça se mérite, il faut grimper.

une belle vue tout en montant à travers le jardin fleuri.

faut bien reprendre son souffle..

Après la révolution vaudoise de 1798, la ville de Nyon rachète le bâtiment en 1804 et lui trouve diverses affectations, facilitées par le démantèlement, vers 1825, des fortifications avancées qui protégeaient l’accès au château et l’isolaient de la place publique adjacente. L’édifice abrite désormais des locaux administratifs, les prisons de district jusqu’en 1979, la salle du Conseil communal et tribunal jusqu’en 1992. Depuis 1888, le château accueille également un musée historique qui deviendra, dès le milieu du xxe siècle le musée historique et des porcelaines de Nyon

petite pause salutaire.

Roro se prend pour une danseuse..

 

fresques dans la cour intérieure.

la vue est magnifique sur le parvis face au lac.

sur la route pour rejoindre Divonne.

Bien installés à l’hôtel, petit kir en attendant le repas.

détente et humour, le monde est refait dans la soirée.

Norbert toujours le bras très souple

entrée copieuse et succulente…

ah! la jambonnette..

Au petit matin, préparatifs pour reprendre la route, le ciel est bien gris.

Arrivés à Genève

La ville décide donc la construction d’une usine hydraulique à la Coulouvrenière qui est mise en service le 17 mai 1886. Elle a pour mission de distribuer la force motrice du Rhône aux artisans genevois. Le soir, quand ces artisans arrêtent leurs machines, il se produit des surpressions. Les machinistes de la Coulouvrenière doivent se précipiter pour arrêter les pompes, car ils ne peuvent prévoir à quel moment exact la surpression se produit. C’est alors qu’on a l’idée de créer un débit supplémentaire, grâce à une vanne de sécurité, qui permet de contrôler la pression en laissant s’échapper vers le ciel l’eau en surpression.

Le premier jet d’eau à la Coulouvrenière, aux alentours de 1886

 

entre soleil et nuages on profite de l’instant.

“Mélancolie” d’Albert Gyorgy Artiste roumain et suisse 2012

nous notre artiste n’est pas roumain mais givordin. il n’engendre pas la Mélancolie.

balade sur les bords du lac

Monument le BRUNSWICK .Chassé de son pays en 1830, le duc Charles II de Brunswick part en exil à Paris avant de venir s’établir à Genève où il meurt en 1873. Par testament, il lègue sa fortune à la ville contre « de belles funérailles et d’un monument à son nom »1. Aucun mausolée n’ayant encore été bâti dans la ville, cette demande posthume suscite de nombreux débats avant qu’une décision soit prise de l’élever dans le jardin des Alpes, ancien port naturel du quartier des Pâquis.

Le monument est construit par Jean Franel en 1879, comme réplique du tombeau des Della Scala à Vérone, flanqué de deux lions de pierre et d’une statue équestre représentant le duc qui devra être déplacée 14 ans après sa réalisation. L’ensemble est inscrit comme bien culturel suisse d’importance nationale.

 

sacré débit.

il faut bien calculer le sens du vent, sinon c’est la douche assurée, mais on a eu du pot.

le Roro il a le jet qui lui sort de la tête, il doit trop, réfléchir!!!

 

les mouettes se pèlent…

les cygnes se tiennent au chaud.

 

 

Samedi 10 septembre 1898, Elisabeth (1837-1898), Impératrice d’Autriche et Reine de Hongrie, plus connue sous le diminutif de Sissi, sort de l’hôtel Beau-Rivage où elle a l’habitude de résider anonymement lorsqu’elle séjourne à Genève. Il est environ 13h30, elle doit prendre le bateau, juste en face, pour se rendre à Territet. Soudain, un anarchiste italien l’agresse. On croit à un simple coup de poing. L’impératrice chute mais se relève, va jusqu’au bateau où elle perd connaissance. Son entourage découvre qu’elle a été poignardée. Sissi est ramenée à l’hôtel où elle meurt peu de temps après. Le mobile de son meurtrier ? Devenir célèbre… Rien de plus… Aujourd’hui, au bord du lac Léman, une plaque commémorative indique l’endroit de l’agression. Non loin de là, se dresse une élégante statue de l’Impératrice.

pique-nique à l’abri en terrasse sur le bord du lac SVP..

Arrêt à La Capitainerie ,Le camping le Lac du Lit du Roi est situé aux portes de la Savoie, en bordure de lac avec une plage privative dans un environnement paisible face aux montagnes notamment du Grand Colombier.

 

Nous avons trouvé la pluie, abondante et même la grêle.

il y avait une petite fête avant notre venu, et Eric le chanteur a entamé « Born to be wild »

les rockeurs avec les tenues de pingouins ont entamé l’impensable.

notre Raph national s’est pris pour Travolta et ça s’est terminé dans les chicanes, pardons les tables…

Le camping le Lac du Lit du Roi est situé aux portes de la Savoie, en bordure de lac avec une plage privative dans un environnement paisible face aux montagnes notamment du Grand Colombier

Eric nous a encore gratifié de bons rocks, très belle voix rocailleuse. Ensuite nous avons repris la route du retour, ….sous la pluie.

Cette première sortie de septembre donnait rendez-vous de bonne heure aux »ligériens » pour un rassemblement inhabituel avec les rhôdaniens du côté des sept Chemins à Brignais. Un petit détour pour récupérer un malchanceux du matin et le groupe de 10 motos prenait la route de notre première halte gourmande du matin à St André de Corcy. Un petit déjeuner bienvenu rassasiait nos 18 motards avant de s’élancer à travers les Dombes. Quelques petites routes entre les champs, les lacs nous permettaient d’accéder à Chalamont, carrefour médiéval des chemins de l’Ain et de la Saône. La route vers l’Est de poursuivait en direction du Bugey et rencontrait à Pont d’Ain les bords de Saône. La traversée de la région du Cerdon et de ses vignes allait nous conduire jusqu’à notre arrêt au bord du lac de Nantua pour notre première pause. Toujours sous une température douce et sous le soleil, le groupe reprenait sa route en direction de la moyenne montagne et des monts du Jura. Nature paisible, douce et verdoyante  autour des villages typiques de l’Ain. Midi et la pause pique-nique attendue arrivait à point nommé à Mijoux, petite station de moyenne montagne, accueillante surtout sous le soleil…

Le début d’après-midi conduisait nos motards à la visite de la meublerie de l’ours aux Rousses pour permettre aux uns et aux autres de se réserver quelques futures idées de décoration. Le passage de la frontière suisse nous emmenait au col de Grivine point culminant de notre séjour, avant de glisser vers St Cergue pour entamer la descente sur Nyon par une belle route en large lacets, avec vues magnifiques sur le lac et les Alpes. Arrivés à Nyon, au bord du lac Léman, le groupe s’offrait une visite de cette charmante ville historique au cœur du vignoble de la côte. Le court trajet nous restant jusqu’à Divonne , permettait à chacun de profiter du soleil et de la traversée de la ville « d’eau divine » et de ses thermes. Une soirée goûteuse au restaurant de l’hôtel de la Truite permettait à chacun de regagner quelques forces pour le lendemain.

Ce dimanche 8 septembre ,la météo annonçait les prémices de l’automne et le passage du soleil aux nuages et à la pluie. La matinée commencée avec le tour du marché local, se poursuivait par la visite de Genève, d’une balade sur les quais avec vue et prises de vues multiples sur son célèbre jet d’eau. La balade genevoise débutée sous le soleil se terminait sous les nuages et les premières gouttes de pluie. Un pique-nique pris confortablement sous la terrasse du « Glacier soleil » et le groupe allait reprendre sa route vers la France non sans avoir revu l’itinéraire pour éviter la montagne pluvieuse et le mont Salève. Ayant repris la route initiale , les motards s’offraient même quelques rayons de soleil et de belles routes avant de « plonger » sous les nuages et une pluie abondante et même le grêle. Le lac de l’île au roi et sa petite guinguette près de Belley, allait permettre  à nos 18 motards mouillés de profiter de l’hospitalité de Franck et Nathalie et du répertoire d’Eric le chanteur de l’établissement. Une petite pause bienvenue et très joyeuse sur des airs de rocks magistralement interprétés , avant de reprendre la route en direction de Cremieu, entre rares éclaircies et pluies pour terminer l’après-midi… Après une ultime pause à Chamagnieu et le dernier au revoir, le groupe  allait entamer le retour vers ses terres et commençait sa séparation au fil des kilomètres.

Un beau WE, commencé sous le soleil, terminé sous la pluie avec la bonne humeur et la participation très active de chacun à l’animation et au partage des bons moments de convivialité qu’on apprécie tous. Merci aux organisateurs et aux participants.

 

 

                     vue splendide sur le Mt Blanc.   Un dernier rendez-vous…

Comme tous les ans ,après les vacances nous sommes accueillis chez Elisabeth et Jean-Louis pour notre pique-nique annuel. Moment convivial…